Découvrir la botanique

Bernard a profité du temps libre de sa retraite pour se consacrer à la botanique. Il a déployé dans cette activité la même rigueur scientifique qu'il a montrée durant sa vie professionnelle. Sa bibliothèque est maintenant riche de plus de 180 ouvrages, il en a extrait ces quelques pages.

Préambule | Introduction | Plan | La fleur | Vagabondage érotique printanier | Le parfum | Fleurs des conifères | De la fleur aux fruits | Le fruit et la graine | Baies et drupes | Fruits secs indéhiscents | Fruits secs déhiscents | La graine | La germination | La feuille | Les bourgeons - vue externe | Les bourgeons - vue interne | La sexualité des arbres | La photosynthèse | Les feuilles en automne | La pollinisation des conifères | Les plantes grimpantes | Racine, Rhizome .... | Botanique et médecine | Glossaire botanique | Bibliographie
 
Afficher en une seule page

 

  EN AUTOMNE : LES FEUILLES SE COLORENT ET  TOMBENT. POURQUOI ?

 

Nous parlons ici des arbres à feuilles caduques : ceux qui perdent les feuilles d’un coup, en fin de saison. A l’automne l’arbre se prépare à  affronter les rigueurs de l’hiver et pour cela il va se débarrasser de ses feuilles. En effet, dépouillé, l’arbre entre en repos végétatif et il supporte mieux le gel et le vent d’hiver. Toutefois,  avant ce délestage, chacun a pu constater que les feuilles des arbres changent de couleur. Essayons d’expliquer ce changement de couleur et cette chute des feuilles.

Le  photopériodisme provoque le vieillissement des feuilles

A l’automne les nuits s’allongent et les jours raccourcissent. C’est ce changement radical du rapport de la durée du jour et de la nuit qui est détecté par l’arbre qui déclenche alors son processus de vieillissement des feuilles. Cette tactique est génétiquement programmée dans les cellules de chaque espèce. Alors, les feuilles qui étaient vertes virent dans des teintes diverses : jaune, orange ou rouge.

La disparition de la chlorophylle permet l’émergence de divers pigments

Au niveau de chaque feuille, la fonction chlorophyllienne ralentit, le vert de feuilles disparaît et laisse apparaître les piments contenus dans les feuilles mais masquées  par la chlorophylle.

Les pigments qui apparaissent sont la carotène et l’anthocyanine.

La carotène donne des couleurs jaunes (ex : le  Peuplier blanc et son feuillage jaune en automne).

L’autre pigment qui se manifeste est l’anthocyanine. La couleur qu’il  produit dépend du pH de la sève cellulaire. Si la sève est entièrement acide, il donne une couleur rouge. Si  elle  est moins acide, il donne une couleur pourpre. Seulement pour  que l’anthocyanine puisse exprimer ses couleurs, il faut de la lumière et une forte concentration en sucre. Cette dernière augmente avec le froid  et le  temps sec. Ainsi les journées froides et  lumineuses d’automne donneront aux arbres les couleurs les plus flamboyantes. 

A cette époque les cellules de la base du pétiole s’altèrent et une zone fragile se constitue

Le vent rompt alors facilement cette zone fragile et les feuilles tombent. Cependant, les cellules qui se trouvent sur le rameau, au bord de la coupure, produisent une substance qui va créer un bouchon. Ce dernier va empêcher les bactéries, les champignons et les insectes de pénétrer dans l’arbre une fois que la feuille sera tombée.

Les feuilles marcescentes restent sur l’arbre

Certaines feuilles ne forment pas cette couche de rupture du pétiole. Les feuilles, ayant cessé toute activité chlorophyllienne, sèchent et restent cependant sur l’arbre. Ce sont les nouvelles feuilles printanières qui vont les repousser et les faire tomber. On a des feuilles marcescentes, comme chez le Hêtre et le Chêne pubescent.

En général, ce sont les feuilles des arbres à bois tendre et à sève fluide (Tilleul, Marronnier)  qui tombent les premières. Celles des essences à bois dur et résistant qui demeurent le plus longtemps en hiver.

La chute annuelle des feuilles est une preuve de la sagesse de la nature.

En effet, les feuilles mortes servent à fertiliser le sol de la forêt. L’été ces feuilles ont été remplies de sels minéraux mais une fois tombées il va en rester. Les feuilles mortes contiennent donc des quantités assez importantes d’azote, de potassium, de phosphore et de soufre. La décomposition des feuilles va donc enrichir les couches supérieures du sol. L’arbre rend à la terre ce qu’il lui a pris !

Cependant quand la forêt brûle, les feuilles brûlent et les éléments fertilisants s’évaporent sous forme de gaz et l’humus est détruit. Le sol perd sa fertilité et sa capacité de retenir l’eau.

 


La photosynthèse | Page 20 sur 26 | La pollinisation des conifères
     Connexion
Copyright 2006-2018 Botagora