Découvrir la botanique

Bernard a profité du temps libre de sa retraite pour se consacrer à la botanique. Il a déployé dans cette activité la même rigueur scientifique qu'il a montrée durant sa vie professionnelle. Sa bibliothèque est maintenant riche de plus de 180 ouvrages, il en a extrait ces quelques pages.

Préambule | Introduction | Plan | La fleur | Vagabondage érotique printanier | Le parfum | Fleurs des conifères | De la fleur aux fruits | Le fruit et la graine | Baies et drupes | Fruits secs indéhiscents | Fruits secs déhiscents | La graine | La germination | La feuille | Les bourgeons - vue externe | Les bourgeons - vue interne | La sexualité des arbres | La photosynthèse | Les feuilles en automne | La pollinisation des conifères | Les plantes grimpantes | Racine, Rhizome .... | Botanique et médecine | Glossaire botanique | Bibliographie
 
Afficher en une seule page

 

LES BOURGEONS …….. CES INCONNUS !    VUS DE L’INTERIEUR

 

Prenez une branche de Saule, plantez la profondément dans le sol. Dans quelques années vous aurez un magnifique Saule. Essayez de faire pareil avec une de vos jambes, ça risque de ne pas marcher aussi bien. Alors pourquoi ? Tout simplement parce que la cellule végétale a des propriétés différentes des cellules humaines. En effet le tissu végétal est formé de cellules indifférenciées de diamètres voisins, siège de divisions rapides et nombreuses. Ce tissu spécial est appelé méristème

 

Constitution et fonctionnement des bourgeons

Un bourgeon contient un  méristème. Ce méristème est entouré  d’ébauches d’organes qui sont très petits. On voit sur la figure 1 les ébauches de feuilles avec le méristème en forme de dôme. Les feuilles les plus jeunes sont les plus près du méristème.

            Ce méristème dispose théoriquement de toutes les possibilités de développement  (rameau feuillé, fleur). Vont agir sur lui des régulateurs hormonaux qui vont l’orienter soit vers un rameau feuillé, soit vers une fleur, soit vers une position d’attente.

            Lorsqu’une ébauche de feuilles se développe à la périphérie d’un méristème, un fragment de méristème lui reste attaché et il conserve ses propriétés d’origine. C’est ce fragment qui devient le bourgeon axillaire de la nouvelle feuille. (figure 2).

            Ainsi on voit que le premier bourgeon qui était dans la plantule au sommet de l’embryon, donne naissance à tous les bourgeons de la plante par fragmentations successives de méristèmes.

            Un bourgeon contient donc déjà tous les éléments constitutifs d’une tige : c’est un « rameau miniature » avec une longueur d’entre-nœuds nulle. L’éclosion d’un bourgeon consiste en un allongement des entre-nœuds et un développement des ébauches de feuilles. Les fragments de méristème situés à l’aisselle de chaque ébauche de feuilles sont à l’origine des bourgeons axillaires.

Si le méristème n’est fonctionnel que pendant peu de temps on a une plante annuelle. C’est un cas très particulier. Aussi pour comprendre ces phénomènes il vaut mieux penser à un arbre, ce géant de la croissance !

22-bourgeons2.gif

Les méristèmes : la croissance indéfinie

Ces groupes de cellules embryonnaires que sont les méristèmes n’ont pas d’équivalent chez l’animal. Ils permettent à la plante de croître toute sa vie. Ceci grâce au principe de la répétition mais ici cette répétition est à chaque fois un rajeunissement.

 

 

 


Les bourgeons - vue externe | Page 17 sur 26 | La sexualité des arbres
     Connexion
Copyright 2006-2018 Botagora